Navya : expérimentation sur route ouverte pour la desserte du Parc OL

Source: Boursier.com

Avec la mise en service vendredi dernier de deux navettes autonomes, NAVYA, accompagne le développement technologique du réseau de transports en commun de la métropole lyonnaise.

Au cours des deux prochaines années, les navettes autonomes de NAVYA seront pleinement intégrées au réseau de transports en commun lyonnais et offriront un service régulier du lundi au samedi de 8h30 à 19h30 (sauf les jours de matchs et d’événements) entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique Lyonnais.

La nouvelle ligne N1 emprunte une partie de l’itinéraire de la ligne 85. Le parcours des navettes, d’une distance de 1,4 Km, s’effectue dans un environnement routier urbain dense où plusieurs milliers de véhicules circulent quotidiennement… Ce nouveau service permet à NAVYA de relever plusieurs défis techniques majeurs avec le franchissement de 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages piétons à une vitesse moyenne de 13-15 Km/h et avec l’objectif de circuler à terme à une allure moyenne de 20-25 Km/ h. Ce service développé en collaboration avec le SYTRAL et l’opérateur de transport Keolis, s’inscrit dans le cadre du dispositif européen AVENUE, “Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience”, sélectionnée par le projet européen HORIZON 2020, pour le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes.

Les villes de Genève, Luxembourg et Copenhague ont aussi été retenues comme sites pilotes. A cette occasion, Etienne Hermite, Président du Directoire de NAVYA a déclaré : “Je tiens à remercier les partenaires de cette expérimentation qui illustre le leadership technologique et le savoir-faire de NAVYA en matière de mobilité autonome comme reconnue récemment à l’occasion du Dubai World Challenge for Self- Driving Transport. Cette collaboration atteste également de la pertinence des navettes autonomes au sein d’un réseau de transport pour répondre aux enjeux actuels de mobilité urbaine”.

Des navettes autonomes pour les transports en commun lyonnais

Source: DéplacementPRO.com

Navya, le leader français des systèmes de conduite autonome, vient de mettre en service, à Lyon, deux navettes totalement autonomes. Intégrées au réseau des transports en commun, elles évoluent au milieu de la circulation et devraient contribuer à la fluidité des déplacements.

Au cours des deux prochaines années, les navettes autonomes de NAVYA se- ront pleinement intégrées au réseau de transports en commun lyonnais et offriront un service régulier du lundi au samedi de 8h30 à 19h30 (sauf les jours de matchs et d’événements) entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique Lyonnais. La nouvelle ligne N1 emprunte une partie de l’itinéraire de la ligne 85.

Le parcours des navettes, d’une distance de 1,4 Km, s’effectue dans un environnement routier urbain dense où plusieurs milliers de véhicules circulent quotidiennement. Ce nouveau service permet à NAVYA de relever plusieurs défis techniques majeurs avec le franchissement de 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages piétons à une vitesse moyenne de 13-15 Km/h et avec l’objectif de circuler à terme à une allure moyenne de 20-25 Km/ h.

Ce service développé en collaboration avec le SYTRAL (Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) et l’opérateur de transport Keolis, s’inscrit dans le cadre du dispositif européen AVENUE, «Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience», sélectionnée par le projet européen HORIZON 2020, pour le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes. Les villes de Genève, Luxembourg et Copenhague ont aussi été retenues comme sites pilotes.

Deux navettes autonomes Navya desservent le Parc Olympique lyonnais

Source: L’Usine Nouvelle, 18 novembre 2019

Deux navettes autonomes Navya desservent le Parc Olympique lyonnais. En circulation du lundi au samedi, ces navettes viennent compléter l’offre de transport en commun. Durant cette expérimentation, qui doit durer deux ans, Navya va devoir parvenir à augmenter la vitesse de circulation des navettes pour qu’elles atteignent une allure moyenne de 20-25 km/h.

Navya a annoncé lundi 18 novembre 2019 le lancement d’un nouveau service de navettes autonomes à Lyon (Auvergne-Rhône-Alpes). Ce service, mis en place depuis vendredi dernier pour une durée de deux ans, est intégré au ré- seau de transports en commun et dessert le Parc Olympique lyonnais. L’expé- rimentation, gratuite pour les usagers, est menée en partenariat avec le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) et Keolis. Une vitesse de circulation qui doit augmenter Deux navettes auto- nomes circulent entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique lyonnais du lundi au samedi de 8h30 à 19h30. Durant ce par- cours de 1,4 kilomètre, les navettes autonomes vont circuler parmi les autres usagers de la route : cyclistes, piétons ou encore automobilistes. Elles vont franchir 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages pié- tons. Au début de l’expérimentation, elles circuleront à une vitesse moyenne de 13 à 15 km/h avec l’objectif d’atteindre à terme une allure moyenne de 20-25 km/h. Une vitesse qu’il devient impératif d’atteindre puisque la vitesse des navettes autonomes est souvent décriée. L’établissement public Paris-La Défense a ainsi mis en avant la lenteur de celles-ci pour justifier l’arrêt de l’expérimentation. Un autre écueil à éviter, et mis en avant par l’opérateur de transport Berthelet, est le freinage brusque de la navette lorsqu’elle est dé- passée. L’opérateur Berthelet aimerait rapidement des améliorations sur le freinage brusque de la navette du lyonnais #Navya lorsqu’elle est dépassée… (il faut mieux bien se tenir dans ces moment-là) — Corot Léna (@LenaCorot) July 3, 2019 Cette nouvelle ligne N1 sera interrompue les jours de matchs et d’événements. Une interruption logique puisque de nombreuses personnes fréquentent alors le Parc Olympique et que les conditions de circulation de- viennent très compliquées pour une navette autonome qui s’arrête lorsque des personnes sont trop proches d’elle.

Deux navettes autonomes sont en service entre le T3 et OL City

Source: Quotidienne | Actualités de Lyon | 16 novembre 2019

Baptisées N1, elles relient, depuis vendredi 15 no- vembre, l’arrêt de tram T3 Décines Grand Large au Groupama Stadium en moins d’un quart d’heure, à la vitesse de 18 km/h. Autonomes, électriques et gratuites, ces navettes circulent en milieu urbain. Une première en France.

Depuis ce vendredi 15 novembre, deux navettes autonomes et électriques circulent entre l’arrêt de tram T3 Décines Grand Large et le Groupama Stadium. Inaugurées le matin, elles sont entrées en service dès le début de l’après-midi. Objectif : desservir l’OL City, un quartier en pleine expansion depuis la construction de l’enceinte où évolue l’Olympique Lyonnais.

Complètement intégrées au réseau TCL, elles répondent, selon Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise), «à la problématique du dernier kilomètre, proposant un complément à l’offre actuelle et à l’extension du T3 les jours de matches ou d’événements pour rejoindre le Groupama Stadium.»

Quelques minutes pour effectuer 1,4 km

Car les navettes, qui peuvent accueillir chacune onze utilisateurs, roulent du lundi au samedi de 8h30 à 19h30, hors événements, à une fréquence de 15 minutes environ. Gratuites, elles sont réservées aux personnes majeures et aux mineurs accompagnés. Un opérateur est systématiquement présent pour parer à tout problème, comme l’exige la réglementation sur les véhicules autonomes.

À une vitesse de 18 km/h maximum sur un trajet de 1,4 km, effectué en quelques minutes selon la circulation, ces navettes baptisées N1 roulent ainsi en milieu urbain, empruntant les rues Ferrer et Sully puis l’avenue Simone-Veil. Surtout, elles franchissent cinq intersections, des feux tricolores et un rond-point. Un partage de voirie innovant, la navette de Confluence évoluant en site fermé.

Une expérimentation de deux ans

Après six mois de tests à Transpolis, ville laboratoire entièrement dédiée à la mobilité, les deux navettes N1, construites par Navya et achetées 487 000 euros par le Sytral grâce aux fonds européens du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 Avenue, sont arrivées à Décines cet été pour une évaluation en situation réelle. Depuis ce vendredi, elles entrent dans une expérimentation de deux ans qui permettra d’évaluer leur impact et décidera de la pérennité du projet.

Pour rappel, Lyon a été choisie, avec Luxembourg, Copenhague et Genève, comme ville pilote pour le développement des véhicules autonomes. La première navette Navly a été expérimentée dans le quartier de la Confluence dès 2016. Puis début 2019, la navette Mia (mobilité intelligente et autonome) a été lancée dans la ZAC des Gaulnes de Meyzieu-Jonage pour desservir cette zone d’activités depuis le terminus du tram T3 à Meyzieu. Et fin 2019, N1 évolue donc, pour la première fois en France, dans la circulation dense d’un quartier urbain.

REPÈRES

487 000 c’est en euros, le coût de l’acquisition de deux navettes par le Sytral au constructeur Navya, financée par le projet européen Avenue H2020.
1,4 c’est le nombre de kilomètre du tracé.
c’est le nombre de navettes autonomes et électriques, mais aussi le nombre d’arrêts desservis aux deux extrémités du trajet (arrêt de T3 Décines Grand Large et Groupama Stadium), et la durée de l’expérimentation décinoise.
7 à 9 c’est, en heures, l’autonomie des navettes.
11 c’est le nombre de places assises.
15 c’est, en minutes, la fréquence de passage des navettes.
18 c’est,en km/h, la vitesse des navettes. Elle pourra monter à 20 km/h dans les semaines à venir. « Et pourquoi 25 à l’avenir », selon Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon.

RÉACTIONS

«Il faut un moyen lourd pour notre territoire»

Laurence Fautra, maire LR de Décines
« Le quartier du Grand-Montout poursuit sa floraison, il est nécessaire de l’irriguer. Et quitte à le faire, autant que ce soit en innovant. Nous attendrons donc les résultats de N1 avec impatience. Tout comme nous attendons la future desserte de notre quartier D-Side en construction à l’entrée ouest de Décines, un territoire inclusif où travailleront 2 500 employés. Car j’ose croire que le Sytral tiendra parole et qu’il suscitera au moins autant d’attention que OL City pour une équité de traitement. L’avenir se dessine et il devient urgent qu’un moyen lourd arrive sur notre territoire, comme un métro F, afin de désengorger notre commune et étendre la desserte jusqu’à l’aéroport Saint-Exupéry. Pour un réseau de transports en commun à la hauteur de nos ambitions. »

«Un grand pas»

Gérard Collomb, maire de Lyon
« Nous nous sommes battus pour mettre en circulation la navette autonome en site fermé à Confluence. C’est un grand pas que de la faire aujourd’hui évoluer en site ouvert. Cette navette résout les problèmes de mobilité avec la desserte du dernier kilomètre, œuvre en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique via la baisse des émissions de gaz à effet de serre puisqu’elle est électrique. »

«Bientôt la navette à la demande»

Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral
« L’innovation a toujours été au cœur du réseau TCL et le Sytral propose une réelle alternative à la voiture. L’objectif est d’apporter la bonne réponse au bon endroit au bon moment. Après la mise en circulation de ces deux navettes autonomes, la phase suivante sera la mise en place de navette à la demande pour permettre de prendre en chemin des usagers allant vers la même destination. »

«Emplois et transports importants au quotidien »

Jean-Michel Aulas, président de l’OL
« Nous adhérons à ce projet de navettes qui montre que l’innovation vient au service des usagers. L’entrepreneur que je suis salue le travail du Sytral et Keolis en la matière. Emplois et transports sont importants dans la vie quotidienne. Mais avec 900 000 personnes attendues par an sur notre site OL City (hôtel-restaurant, pôle médical, pôle de loisirs) et avec près de 2000 employés, ces navettes ne vont pas tout résoudre. Elles vont en tout cas aider à construire la mobilité de demain. »

La navette autonome N1 lancée ce vendredi

Article dans LE PROGRES – PLAINE DE L’EST—DÉCINES-CHARPIEU
15 novembre 2019

C ’est la fin de l’expérimentation à Décines pour la navette auto- nome électrique du constructeur Na- vya, exploité par le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise). En phase de tests depuis cet été, elle reliait, en journée du lundi au vendredi, l’arrêt de tram T3 Décines Grand-Large au Groupama Stadium, en passant au milieu de la circulation.

Des tests sur une boucle de 1,4 km qui se sont révélés concluants puisque la présidente du Sytral, Fou- ziya Bouzerda, inaugurera, vendredi 15 novembre au matin, ce nouveau service de navettes autonomes, au nombre de deux, entièrement intégré au réseau TCL, baptisées navettes N1. Elles doivent être mises en ser- vice officiellement durant l’après- midi de ce vendredi.

Pour rappel, ces deux navettes ont été acquises par le Sytral dans le cadre du projet européen de re- cherche et d’innovation Horizon 2020 “Avenue”. Son objectif est de faire de l’Europe le leader mondial des véhicules autonomes. C’est l’occasion, selon le syndicat, « de faire avancer la technologie et la législation au sujet de ces navettes. Les fonds européens nous ont permis d’acquérir ces deux navettes. »

Le Sytral qui, par ailleurs, justifie la mise en place des N1 à Décines par la nécessité de répondre à la problé- matique du dernier kilomètre de des- serte jusqu’au Groupama Stadium, au vu du développement de l’OL City (pôle de loisirs, hôtel, clinique, labo- ratoires…)

Des navettes autonomes en circulation à Lyon, Paris et prochainement à l’Apple Park

Source: MAC Génération

Autonomes, électriques et gratuites : deux nouvelles navettes vont venir s’ajouter au service de transport public lyonnais.

Ces véhicules sans conducteur vont relier quotidiennement la station de tramway T3 Décines Grand Large au Parc Olympique Lyonnais. La ligne N1 est la première du réseau TCL à être composée de véhicules autonomes.

Jusqu’alors, ces navettes conçues par l’entreprise lyonnaise Navya servaient exclusivement au privé, notamment aux salariés de la société Eiffage qui devaient marcher 1,2 km depuis le terminus de la ligne T3, afin de rejoindre la ZAC des Gaulnes. Cette première ligne régulière et publique sera gratuite, à titre d’expérimentation, pendant deux ans.

«Pour la première fois en France, les véhicules circulent intégralement en milieu urbain sur la voirie aux côtés des voitures, en interaction avec les éléments de signalisation routière» peut-on lire dans un communiqué officiel. Ces véhicules acquis pour la somme de 487 000 € pourront transporter jusqu’à dix personnes par trajet sur le parcours prévu de 1,4 km.

Ce genre d’initiatives se multiplie en France. Cette semaine, la RATP et la société Mobileye ont annoncé un partenariat visant à déployer une flotte de véhicules autonomes dans les rues de Paris.

Des véhicules intelligents qui séduisent également outre-Atlantique. L’ambi- tion du projet «Titan» porté par Apple, qui travaillait sur une voiture électrique, a fini, après restructuration des équipes et l’acquisition de Drive.ai, par aboutir sur un système de transport autonome qui sera utiliser pour transporter les employés entre différentes adresses.

Baptisé «PAIL» pour «Palo Alto to Infinite Loop», ce futur service de navettes reliera les différents bâtiments d’Apple.

À Lyon, deux navettes autonomes circuleront au milieu des voitures

Source: T.O.M Le média du tourisme digital

En France, il s’agit de la première expérimentation de véhicules auto- nomes entièrement réalisée sur la voie publique. Les deux navettes Nav- ly devront franchir quatre feux tricolores et un rond-point le long d’un parcours de 1350 m, au milieu d’automobilistes et de piétons. Un chal- lenge de taille pour les porteurs du projet, SYTRAL et Keolis Lyon.

Le Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’Agglomération Lyonnaise (SYTRAL), va mettre en service deux navettes autonomes à l’été 2019. Pleine- ment intégrées au réseau TCL, les navettes Navly offriront une connexion directe entre la station Décines Grand Large de la ligne T3 et le Groupama Stadium. L’expérimentation est menée par le SYTRAL en partenariat avec Keolis Lyon, délégataire du réseau TCL.

Elle permettra aux partenaires d’assurer la desserte quotidienne du dernier kilomètre dans le quartier en développement autour du stade de Décines. Ce trajet assuré toutes les 15 minutes sera gratuit durant toute la durée de l’expérimentation. Les navettes autonomes peuvent accueillir 14 passagers. Il s’agit de la première expérimentation en France durant laquelle un véhicule autonome assure l’intégralité de son trajet en milieu urbain, sur la voirie.

Tous les scénarios envisagés
Les navettes devront parcourir un trajet de 1,350 km, franchir quatre feux tricolores ainsi qu’un rond-point. Un challenge de taille. Depuis janvier 2019, une phase d’essais a été lancée sur le site de Transpolis avec une reconstitution des conditions de circulation auxquelles seront confrontées les navettes. Présence de piétons sur la voie, congestion automobile, le SYTRAL indique avoir envisagé tous les scénarios possibles. Dans chaque situation, les ingé- nieurs analyseront la réaction de la navette et ajusteront le système si besoin.

Pour privilégier la réussite de l’expérimentation, la Métropole s’est engagée à réaliser le tracé de cette ligne de transports autonomes. Une fois l’aménagement effectué, les navettes commenceront à circuler en condition réelle sans passager. De quoi permettre aux équipes d’effectuer les derniers ajustements des systèmes avant l’ouverture de la ligne au public. Dès la mise en service durant l’été 2019, un agent de bord sera présent pour accompagner les voyageurs et prendre les commandes en cas de besoin.

Deux navettes autonomes TCL en essai sur le site de Transpolis

Source: Lyon Pôle Immo | 1 avril 2019

Le Sytral met en service dès cet été deux navettes autonomes TCL pour desservir quotidiennement le quartier autour du Groupama Stadium de Décines.

Après la Confluence et la ZAC des Gaulnes, les navettes autonomes trouvent un nouveau terrain d’expérimentation. Le SYTRAL, qui promeut les technologies innovantes en matière de transport public, met en place depuis deux ans et demi des navettes autonomes venant compléter l’offre existante, et répondre aux enjeux de la desserte du dernier kilomètre. Le syndicat des transports met en service dès l’été 2019 deux navettes autonomes TCL pour desservir quotidiennement le quartier en développement autour du Groupama Stadium à Décines.

Une navette toutes les 15 minutes
Pleinement intégrées au réseau TCL, ces navettes offriront une connexion directe entre la station Décines Grand Large de la ligne T3 et le Groupama Stadium. Les véhicules circuleront, pour la première fois en France, en milieu urbain sur la voirie, aux côtés des voitures. Ils franchiront quatre carrefours à feux tricolores dont un rond-point, sur une distance de 1350 km, constituant un véritable challenge pour le Sytral et Keolis Lyon, le délégataire du réseau TCL et partenaire du projet. La fréquence sera de toutes les 15 minutes en heure de pointe pour un temps de parcours de 15 minutes. Le coût de cette navette sera gratuit pendant toute la durée de l’expérimentation. Depuis janvier, une phase d’essais a ainsi été lancée, dans cette optique, sur le site de Transpolis, «ville-laboratoire» unique en Europe, entièrement dédiée à la mobilité, qui permet de réaliser des tests grandeur nature. «Les conditions dans lesquelles les navettes TCL évolueront au milieu de la circulation ont été reconstituées. Tous les scénarios qu’elles pourront rencontrer sont envisagés: présence de piétons sur la voie, congestionautomobile, etc», explique le Sytral.

Un projet financé par le projet européen «Avenue»
Le comportement des navettes sera analysé et ajusté durant les 5 mois d’essais. La voirie sera également ajustée, la Métropole aménageant le parcours du tracé de la ligne pour répondre aux contraintes techniques de ce mode de déplacement innovant et disruptif. Ceci concerne la conception des arrêts, une signalisation adaptée, l’aménagement des carrefours, ou encore l’installation de feux tricolores. «Une fois ces travaux d’aménagement réalisés, les navettes pourront démarrer leur marche à blanc en conditions réelles (sans passager) afin de procéder, in situ, aux derniers ajustements», précise le syndicat des transports. Des systèmes de guidage permettront à la navette d’évoluer comme sur un rail virtuel, déterminé au préalable. La navette dialoguera également avec les feux tricolores installés aux carrefours pour faciliter son insertion dans le trafic.

Les véhicules ont été acquis pour un montant de 487.000€, et pouvent accueillir 15 personnes. Elles sont financés par le projet européen «Avenue» (Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience). Celui-ci s’inscrit dans le programme européen de recherche et d’innovation «Horizon 2020». Réunissant 16 partenaires dans 7 pays européens, ce programme vise à préparer l’intégration technique, législative et économique des véhicules autonomes dans l’espace urbain et périurbain. Lyon est, dans ce contexte, ville pilote pour mener cette expérimentation grandeur nature de mobilité autonome en milieu urbain.

Augmenter la capacité du réseau
La navette pourra également «dialoguer» avec les feux tricolores installés aux carrefours pour faciliter son insertion dans le trafic. Dès leur mise en service durant l’été 2019, un agent de bord sera présent pour accompagner les voyageurs et prendre les commandes en cas de besoin.

Le Sytral est porteur d’un budget d’investissement de plus de 1.2 milliard d’euros entre 2015 et 2020 afin de développer et augmenter la capacité de son réseau. Il prévoit d’investir encore davantage dans son prochain plan de mandat, pour «proposer une réelle alternative à la voiture et répondre aux enjeux de la mobilité de demain».

Les Navettes autonomes étendent leur réseau

Source: CNews

LES NAVLY VONT ROULER AU MILIEU DE LA CIRCULATION

Les navettes autonomes du Sytral sont sur le point de passer la seconde. Trois ans après l’arrivée des Navly dans le quartier de Confluence, c’est à Décines, pour relier le Groupama Stadium au tramway T3, que ces véhicules sans chauffeur vont être mis en service cet été.

Contrairement à la Presqu’île, où ils évoluent en site propre depuis 2016, les Navly rouleront cette fois au milieu de la circulation. Dans les deux cas, c’est une première mondiale, se félicitent les responsables du projet, qui précisent aussi que les navettes décinoises seront plus rapides (18 km/h, les promoteurs ayant parlé dans un premier temps de 25km/h).«À Lyon,on est en train d’écrire l’histoire», estime Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon, qui exploite les Transports en commun lyonnais pour le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise, leSytral.

Tous les quarts d’heure, du lundi au samedi de 8h30 à 19h30, deux Navly effectueront les allers-retours entre l’arrêt Décines Grand-Large du T3 au stade de l’OL, un trajet de quinze minutes. Elles seront suspendues les jours d’événements, durant lesquels le tramway bifurque déjà sur les lieux.

D’une capacité de 15 passagers, ces navettes seront gratuites le temps de l’expérimentation (deux ans renouvelables). L’autorisation de faire circuler ces véhicules en pleine ville devrait être signée par le ministère de la Transition écologique dans les prochains mois.

En attendant, et depuis janvier, de nombreux tests ont été effectués à Transpolis, un ancien site militaire situé à Saint-Maurice-de-Rémens (Ain) où ont été recréés les aménagements urbains dans lesquels les Navly devront évoluer. Ronds-points, feux de circulation, mannequins à vélo ou à pied, pistes cyclables…aucune des potentielles sources de danger n’a été oubliée. Outre un GPS ultra-précis et une carte en 3D du parcours, les navettes sont munies de multiples capteurs qui lui permettront d’évoluer en pleine circulation sans causer d’accident.
Expérimentation oblige, un opérateur sera tout de même présent dans un premier temps dans les Navly décinoises. «En trois ans,nous n’avons eu aucun incident lié à la sécurité avec les Navly de Confluence, qui transportent près de 1 000 personnes par semaine», affirme Pascal Jacquesson. Reste qu’un accident porterait un coup à leur développement. Les décideurs restent donc très prudents.Pas question pour l’instant de lâcher un Navly seul dans les rues. Un opérateur sera présent dans chaque navette, prêt à arrêter le véhicule,mais aussi à rassurer les usagers.

Si on estime que plus de 90%des accidents de la route sont provoqués par des erreurs humaines,selon un sondage de 2017, 56% des Français n’étaient pas prêts à monter dans une voiture autonome. Mais les navettes de Confluence devraient, elles aussi, franchir un palier, puisque l’autorisation de circuler sans opérateur à bord est attendue pour cette année.

Des navettes sans chauffeur en pleine circulation

Source: Le Dauphiné | 28 mars 2020

Les navettes autonomes du Sytral sont sur le point de passer la seconde. Trois ans après l’arrivée des Navly dans le quartier de Confluence à Lyon, c’est à Décines, pour relier le Groupama Stadium au tramway T3, que ces véhicules sans chauffeur vont être mis en service cet été. Contrairement à la Presqu’île, où ils évoluent en site propre depuis 2016, les Navly rouleront cette fois au milieu de la circulation.

Dans les deux cas, c’est une première mondiale, se félicitent les responsables du projet, qui précisent aussi que les navettes décinoises seront plus rapides (18 km/h). Tous les quarts d’heure, du lundi au samedi de 8h30 à 19h30, deux Navly effectueront les allers-retours entre l’arrêt Décines Grand-Large du T3 et le stade de l’OL, un trajet de quinze minutes. Elles seront suspendues les jours d’événements, durant lesquels le tramway bifurque déjà sur les lieux. D’une capacité de 15 passagers, ces navettes seront gratuites le temps de l’expérimentation (deux ans renouvelables). L’autorisation de faire circuler ces véhicules en pleine ville devrait être signée par le ministère de la Transition écologique dans les prochains mois.