ATS – Autonomous shuttles to by deployed at Belle-Idée site

Source: Keystone-ATS
Date: 28 December 2020

On December 28th, a news article and video disseminated by the Swiss national press agency Keystone-ATS was published by several media outlets (Newspapers, TV and Radio) in the French-speaking part of western Switzerland.

Léman Bleu Télévision: Des navettes sans chauffeur à Genève d’ici quelques semaines
Tribune de Genève: Des navettes autonomes pour se déplacer sur le site de Belle-Idée
20 minutes: Des navettes autonomes pour se déplacer sur le site de Belle-Idée
Le Courrier: Des navettes autonomes à la demande pour se déplacer à Belle-Idée
24 heures: Des navettes autonomes pour se déplacer sur le site de Belle-Idée
lematin.ch: Des navettes autonomes pour se déplacer sur le site de Belle-Idée
Radio Lac: Des navettes autonomes à la demande pour se déplacer à Belle-Idée

Facebook Video Embedding of post by Léman Blue

English translation of the article

Autonomous shuttles to by deployed at Belle-Idée site

An electric shuttle service will be set up on the 38-hectare site of the Belle-Idée Psychiatric Hospital in Geneva. A software solution will allow the route adaptation according to the user demand.

An on-demand public transport service with fully autonomous shuttles will be put into operation in Geneva within a few weeks. This project, presented as a world first, is about to be deployed on the 38 hectares of Belle-Idée.

Three short vehicle honks announce the arrival of the electric shuttle on the parking lot of this site of the Geneva University Hospitals (HUG) in Thônex. The vehicle with rounded corners and a capacity of 12 places was ordered two minutes earlier via a mobile application.

It will take its passenger to the destination of his/her choice within the hospital area. A total of 53 stops identified during the site mapping phase are served. “Almost every entrance to Belle-Idée’s many buildings has a virtual stop”, explains Jeroen Beukers, an autonomous vehicle expert at Geneva’s public transport system (TPG).

This is the main difference with the other autonomous vehicles experiments conducted elsewhere in Switzerland. Until now, these shuttles ran on a fixed line. In the case of the TPG project, a software developed by Bestmile, a start-up of the EPFL, allows the shuttle to adapt its route to the users’ demands.

The mobile application was designed by the Geneva-based start-up MobileThinking. This new technology allows the three shuttles to be deployed according to requests. Waiting and travel times are announced to the user, who can consult at any time the location of the shuttle that will pick him/her up.

Door-to-door

On board the shuttle, Melisa Fazlic, autonomous vehicles assistant at TPG, welcomes users. This trained engineer, who has also been a bus driver, is delighted with this new local service. The vehicle does not need her intervention to operate, but current legislation requires the presence of an operator in autonomous vehicles.

Approached by TPG to serve as an open-air laboratory for this project, the HUG was quickly impressed. “It was the door-to-door public transport aspect that appealed to us,” explains Mouna Asal, head of the Mobility Plan at the HUG. She is counting on this valuable assistance in particular for the movement of people with reduced mobility.

Visitors, patients as well as the approximately 3’000 employees who work at Belle-Idée will also be able to use the shuttle, as will students from the secondary school located at the entrance to Belle-Idée and the residents of the Seymaz collective accommodation centre for migrants in the area. Access to the vehicle will be free of charge.

Transition

According to Jeroen Beukers, other sites were approached by the TPG to deploy these new kind of shuttles, but Belle-Idée met all the criteria. The expert believes that we are currently in a transitional phase. But he sees the potential to develop this type of mobility in certain neighbourhoods.

For now, the three shuttles crisscross Belle-Idée. Their small size allows them to slip through the narrow paths of the site surrounded by fields and forests. The service will be provided by around twenty employees, 7 days a week, initially in the daytime.

Elsewhere in Europe

TPG obtained last June the green light from the federal authorities to operate these autonomous shuttles. The Belle-Idée site then had to be mapped. This operation and the adjustments took several weeks. Tests are continuing and the first users will be able to use the shuttles in a few weeks.

his new on-demand service was developed within the framework of the AVENUE project (for Autonomous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience), a European consortium supported by the European Commission. The cities of Lyon, Luxembourg and Copenhagen are also leading autonomous public transport vehicle trials in this project.

Original article in French

Des navettes autonomes pour se déplacer sur le site de Belle-Idée

Un service de navettes électriques verra le jour sur les 38 hectares du site de l’Hôpital de Psychiatrie de Belle-Idée. Un logiciel permettra d’adapter les parcours à la demande des utilisateurs.

Un service de transport public à la demande assuré par des navettes complètement autonomes sera mis en service d’ici quelques semaines à Genève. Ce projet présenté comme une première mondiale est sur le point d’être déployé sur les 38 hectares de Belle-Idée.

Trois petits coups de klaxon annoncent l’arrivée de la navette électrique sur le parking de ce site des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à Thônex. Le véhicule aux angles arrondis et d’une capacité de 12 places a été commandé deux minutes plus tôt via une application.

Il emmènera son passager à la destination de son choix au sein du parc hospitalier. Au total, 53 endroits répertoriés pendant la phase de cartographie du périmètre sont desservis. Quasiment chaque entrée des nombreux bâtiments de Belle-Idée dispose ainsi d’un arrêt virtuel, explique Jeroen Beukers, expert véhicules autonomes aux Transports publics genevois (TPG).

C’est la principale différence avec les expériences de véhicules autonomes menées ailleurs en Suisse. Jusqu’à présent, ces navettes circulaient sur une ligne fixe. Dans le cas du projet des TPG, un logiciel développé par Bestmile, une entreprise créée à l’EPFL, permet à la navette d’adapter son parcours aux demandes des utilisateurs.

L’application a été conçue par la jeune pousse genevoise MobileThinking. Cette nouvelle technologie permet de déployer les trois navettes en fonction des demandes. Les temps d’attente et de parcours sont annoncés à l’utilisateur, qui peut voir à tout moment où se trouve la navette qui viendra le chercher.

Porte à porte

A bord de la navette, Melisa Fazlic, assistante véhicules autonomes aux TPG accueille les usagers. Cette ingénieure de formation, qui a aussi été conductrice de bus, se réjouit de ce nouveau service de proximité. Le véhicule n’a pas besoin de son intervention pour fonctionner, mais la législation impose la présence d’un opérateur dans les véhicules autonomes.

Approchés par les TPG pour servir de laboratoire à ciel ouvert pour ce projet, les HUG ont rapidement été emballés. «C’est l’aspect transport public, porte-à-porte qui nous a séduit», explique Mouna Asal, responsable du Plan de mobilité aux HUG. Elle compte sur cette aide précieuse en particulier pour le déplacement des personnes à mobilité réduite.

Les visiteurs, les patients mais également les quelque 3000 collaborateurs qui travaillent à Belle-Idée pourront aussi utiliser la navette. Tout comme les élèves du collège situé à l’entrée de Belle-Idée et les résidents du centre d’hébergement collectif pour migrants de la Seymaz. Son accès sera gratuit.

Transition

Selon Jeroen Beukers, d’autres sites ont été approchés par les TPG pour déployer ces navettes d’un nouveau genre, mais Belle-Idée rassemblait tous les critères. L’expert estime qu’on se trouve actuellement dans une phase de transition. Mais il voit du potentiel pour développer ce type de mobilité dans certains quartiers.

Pour l’heure, les trois navettes sillonnent Belle-Idée. Leur petit gabarit leur permet de se faufiler sur les chemins étroits du site entouré de champs et de forêts. Le service sera assuré par une vingtaine de collaborateurs, 7 jours sur 7, dans un premier temps pendant la journée.

Ailleurs en Europe

Les TPG ont obtenu en juin dernier le feu vert des autorités fédérales pour exploiter ces navettes autonomes. Il a fallu ensuite cartographier le site de Belle-Idée. Cette opération et les réglages ont duré plusieurs semaines. Les essais se poursuivent et les premiers usagers pourront utiliser les navettes d’ici quelques semaines.

Ce nouveau service à la demande a été développé dans le cadre du projet AVENUE (pour Automous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience), un consortium européen soutenu par la Commission européenne. Les villes de Lyon, du Luxembourg et de Copenhague mènent également des projets de véhicules autonomes de transports publics.

Radio Lac – Genève va tester cet été des navettes autonomes sur demande

Source: Radio Lac
18 juin 2020

Deux navettes autonomes assurant un service à la demande par le biais d’une application seront testées sur le site hospitalier de Belle-Idée fin juin à Genève. Les autorités fédérales ont donné le feu vert pour exploiter ce nouveau type de véhicule. C’est une première mondiale pour un service public.

Les Transports publics genevois (TPG) prévoient d’intégrer ces deux navettes électriques d’une capacité de quinze personnes dès la fin juin, indiquent-ils jeudi dans un communiqué. Elles fonctionneront dans un premier temps sur la moitié du parcours, à vide, afin de procéder aux ajustements nécessaires. A la fin août, les TPG devraient être en mesure d’engager les navettes sur l’ensemble du réseau routier existant au sein de Belle-Idée, sans imposer de trajets et d’arrêts fixes.

Un modèle à changer

Les utilisateurs peuvent voir sur l’application où se situent les véhicules. Ils envoient ensuite une demande de trajet. Le logiciel, qui repère l’utilisateur, indique quel véhicule est disponible et le délai pour l’obtenir. Le logiciel adapte ensuite le trajet en fonction des autres demandes. Ce projet représente une opportunité pour les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) d’expérimenter une

solution innovante de transport de proximité. Néanmoins, celui-ci implique de modifier le modèle de transport public que l’on connaît aujourd’hui. Le directeur de l’Information Science Institute de l’Université et de Genève (UNIGE) et coordinateur du projet, Dimitri Konstantas.

Dimitri Konstantas

Directeur de l’Information Science Institute de l’Université de Genève (UNIGE) et coordinateu…

Le service est destiné aux patients, visiteurs et collaborateurs des hôpitaux de psychiatrie et de gériatrie situés sur le site de Belle-Idée.

Projet européen

Les TPG exploitent déjà un véhicule automatisé sur une ligne à Meyrin depuis 2018. Le trajet est fixe, contrairement au nouveau service autonome prévu à Belle-idée. A noter que la législation suisse impose pour l’heure la présence d’un opérateur dans le véhicule.

Ce nouveau service à la demande pour un véhicule autonome a été développé dans le cadre du projet AVENUE (pour Automous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience), un consortium européen soutenu par la Commission européenne. Doté de 20 millions d’euros sur quatre ans, ce projet regroupe seize partenaires européens, dont cinq en Suisse.

Parmi les contraintes qui ont dû être abordées par le consortium AVENUE, les 2 véhicules qui circuleront sur le site hospitalier, il faut donc que l’application puisse choisir quel véhicule est le meilleur à envoyer sur place, en tenant compte que ceux-ci peuvent déjà transporter des gens. Le coordinateur du projet, Dimitri Konstantas.

Television news

Source : Youtube

L’Issep vandalisée – le Sytral teste sa navette autonome – Le Pathé Bellecour innove avec un écran led – Le conseil municipal vote la fermeture de la maternelle Levi Strauss – Bruno Genesio bientôt fixé sur son avenir

Voir la vidéo


De 5G-Reseau wäert an Zukunft zu Lëtzebuerg ëmmer méi eng grouss Roll spillen

Source : RTL

D’Lëtzebuerger Regierung ass gewëllt, Investissementer a seng digital Infrastrukturen ze maachen, fir een Haaptacteur am Secteur ze ginn. 

Ënnert anerem dës Elementer ginn aus der Äntwert vum Wirtschaftsministère an deem vum Transport op eng parlamentaresch Fro vun der CSV-Deputéierter Viviane Reding ervir. Déi hat sech och iwwer en Site informéiert, op deem Lëtzebuerg zesumme mat Däitschland a Frankräich, dat autonoomt Fueren teste wëll.

Read more

Et wëll een ëmmer méi an d’Richtung vu Mobilitéit On-Demand goen

Source : RTL

Zu Lëtzebuerg ginn et den Ament e puer Projete vun autonomen Navetten. Ënnert anerem am Pafendall an zu Konter. 

D’Mobilitéit, wéi mer se haut kennen, wäert dann och iergendwann eng Kéier verschwannen, esou d’Uni Lëtzebuerg.

Read more


Mobilitéit On-Demand fir d’Zukunft

Source : RTL

Méi a méi géif een nämlech a Richtung vun der Mobilitéit On-Demand goen, dat heescht, datt Gefierer op Opruff bereet stinn a personaliséiert Trajeten zréckleeën

See video

Bientôt des navettes autonomes pour desservir le Parc OL à Décines

Source: RadioScoop.com

Dès cet été, deux navettes assureront la liaison entre le Parc OL et la station Décines Grand Large de la ligne de tram T3.

Ces navettes autonomes, testées depuis janvier sur le site de Transpolis, dans l’Ain, seront mises en circulation dès cet été sur le réseau TCL. Elles desserviront quotidiennement le quartier situé autour du Parc OL à Décines depuis la station Décines Grand Large de la ligne T3.

Pour la première fois en France, ces navettes circuleront sur la route aux côtés des voitures. Un agent sera présent à bord pour accompagner les voyageurs et prendre les commandes en cas de besoin.

Ces véhicules passeront toutes les 15 minutes en heure de pointe. Ils pourront accueillir 15 personnes dont 11 sur des places assises (10 voyageurs + l’agent présent à bord) et rouleront jusqu’à 18km/h. Ils ont une autonomie de 7 à 9 heures.

Lyon : TCL testent les futures navettes du Parc OL à Transpolis (vidéo)

Une ville test À Transpolis, gigantesque espace dédié à la mobilité de de- main, le Sytral et Keolis testent les futures navettes autonomes qui relie- ront la station de Tram T3 Décines Grand Large au Stade de l’OL (vidéo).

Transpolis, à 46,5 kilomètres de Lyon, cette ville fantôme ressemblerait presque à un studio de cinéma qui attendrait son prochain tournage. Pourtant, point de Steven Spielberg dans les parages, les stars ici sont les ingénieurs et chercheurs qui peuvent venir tester les mobilités de demain.

80 hectares de cette ancienne base militaire ont été reconvertis pour permettre les expé- rimentations grandeur nature. Périphérique, intersections, boulevards, trot- toirs, voitures, cyclistes… tout est présent pour recréer des portions de ville et faire circuler à l’intérieur les véhicules de demain. Depuis janvier, Keolis et le Sytral réalisent des essais avec deux navettes autonomes Navya d’une capacité de 15 places qui serviront à relier la station Décines Grand Large de la ligne de tram T3 et le Stade de l’OL. D’un montant de 487 000 euros, elles ont été financées dans le cadre du projet européen “Avenue”, destiné aux développements des véhicules autonomes. Ces deux Navya seront déployées durant l’été 2019 pour réaliser un trajet de 1,350 kilomètres à la vitesse de 18 km/h, en milieu urbain et sur la voirie dans un environnement traditionnel où se côtoient, voitures, vélos et piétons.

Elles circuleront toutes les 15 minutes en heure de pointe, pour un temps de parcours de 15 minutes, de 8h30 à 19h30, hors jours de match. Leur utilisation sera gratuite et acces- sible aux personnalités à mobilité réduite. Un opérateur sera présent à chaque fois dans la navette, même si à terme, Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis, espère que le cadre légal évoluera pour permettre d’avoir des opérateurs à l’extérieur “comme le contrôle aérien”. Cela pourrait arriver dès la fin du printemps à Confluence, où deux navettes Navya réalisent déjà des trajets.

De son côté, Fouziya Bouzerda, présidente du Sytral imagine déjà la mobilité de demain “où les navettes autonomes permettront de desservir des zones moins denses”, première pierre de transports en commun “comme un service” avec la possibilité d’avoir des destinations à la demande. Des expérimentations de ce type devraient être menées sur cette nouvelle ligne entre le Stade Lyon et le tram T3 avec des arrêts intermédiaires, comme l’hôtel par exemple, qui pourront être sélectionnés depuis une application.

Les essais à Transpolis doivent permettre d’analyser le comportement des navettes, tester tous les scénarios possibles et corriger d’éventuelles difficultés. Cyclistes qui tournent à droite, voiture qui déboule, respect des feux tricolores, feux qui s’adaptent en fonction des navettes, rien n’a été laissé au hasard dans cette ville-test qui peut s’adapter en fonction de la demande. Ainsi, interrogées par Lyon Capitale sur le comportement des navettes face à des panneaux publicitaires vidéos qui pourraient tromper les capteurs, les équipes de Keolis ont immédiatement promis de tester ce scénario “en faisant venir un écran”.

À Transpolis, comme à Hollywood, tout est possible. Reste l’éternel juge de paix: les usages. Même si la performance technologique de pouvoir faire circuler deux navettes autonomes dans la circulation est indéniable, la base des transports ne change pas. Les Navya de Confluence avaient deux gros défauts: une vitesse proche de celle d’une marche rapide, et l’absence d’information voyageur. Celles du stade iront plus vite, mais pour l’information voyageur, il faudra dans un premier temps télécharger une application supplémentaire. Bref ce que plus personne ne fait, et quand on le fait, le genre d’application que l’on oublie rapidement. Du côté de Keolis, on promet une implantation des horaires dans l’application TCL classique, plus tard. À suivre.

La mobilité de demain, autonome et fiable, sera convaincante quand plus personne ne fera la différence. Après tout qu’il y ait un chauffeur ou non, n’est pas la question pour le voyageur. La seule qui compte est de savoir si son mode de transport circule, quand il arrive, y a-t-il assez de place à l’intérieur pour tous les voyageurs et surtout où il nous mènera rapidement.

Métropole de Lyon : des navettes autonomes pour desservir le Groupama Stadium

Source: France 3 Région | 27 mars 2019

A l’été 2019, deux véhicules autonomes intégrés au réseau des Transports en Commun Lyonnais desserviront quotidiennement le quartier en développement autour du Grand stade de Décines, près de Lyon. Avant leur mise en service, le SYTRAL réalise des tests grandeur nature.

La navette est à l’essai sur le site de Transpolis, véritable «ville-laboratoire» de la mobilité. Cette ancienne base militaire située à presque 50 km de Lyon, offre un décor de routes et de rues, de carrefours et d’obstacles qui permet de proposer différents scenarii aux véhicules.

Voitures, cyclistes, piétons, signalisation: depuis janvier, deux navettes Navya sont mises à l’épreuve pour tester leurs réactions en toutes circonstances. Elles doivent pouvoir s’intégrer à la circulation et assurer la sécurité des passagers et des autres usagers de la route.

Dans quelques mois, les navettes assureront une connexion directe entre la station Décines Grand Large de la ligne de tram T3 et le Groupama Stadium. Pour la première fois en France, les véhicules circuleront en milieu urbain sur la voirie, aux côtés des voitures. Ils franchiront quatre carrefours à feux tricolores dont un rond-point, sur une distance de 1.350 km. Un véritable challenge.

Un agent de bord au cas où…

En parallèle, la Métropole aménage le parcours de la ligne pour répondre aux contraintes techniques de ce mode de déplacement : conception des arrêts, si- gnalisation adaptée, aménagement des carrefours, installation de feux trico- lores.

Une fois ces travaux d’aménagement réalisés, les navettes pourront démarrer leur marche à blanc en conditions réelles (sans passager) afin de procéder, in situ, aux derniers ajustements. Dès leur mise en service durant l’été 2019, un agent de bord sera présent pour accompagner les voyageurs et prendre les commandes en cas de besoin.

Acquis pour un montant de 487 000 €, les véhicules peuvant accueillir 15 per- sonnes. Après la première expérimentation mondiale d’une navette électrique autonome, Navly, à Confluence en 2016 et le lancement prochain de la navette MIA pour la desserte de la ZAC des Gaulnes, le SYTRAL se veut pionnier en matière de nouvelles mobilités.

Métropole de Lyon : des navettes autonomes pour desservir le Groupama Stadium

Source : france3-regions.francetvinfo.fr

A l’été 2019, deux véhicules autonomes intégrés au réseau des Transports en Commun Lyonnais desserviront quotidiennement le quartier en développement autour du Grand stade de Décines, près de Lyon. Avant leur mise en service, le SYTRAL réalise des tests grandeur nature.

La navette est à l’essai sur le site de Transpolis, véritable «ville-laboratoire» de la mobilité. 

Lire l’article