The slow but steady progress of driverless buses in Switzerland

Source : Swissinfo
Simon Bradley – September 24, 2020

When the Belle-Idée project is fully up and running, three shuttle buses  will offer an on-demand door-to-door service at the Geneva hospital  site.
When the Belle-Idée project is fully up and running, three shuttle buses will offer an on-demand door-to-door service at the Geneva hospital site. swissinfo.ch

Over the past five years, various kinds of autonomous vehicles, including buses, have popped up on Swiss roads. But though testing continues, a driverless future might yet be some years away.

This article is also available in other languages :
deutch (de)
Shuttle-Bus ohne Fahrer ist noch Zukunftsmusik
Português (pt) Ônibus sem motorista na Suíça avança, mas com muitas paradas
中文 (zh) 瑞士无人驾驶公交车虽进展缓慢,却仍在稳步推进
عربي (ar) الحافلات ذاتية القيادة في سويسرا تتقدّم ببطء ولكن بثبات
Français (fr) Les bus autonomes font leur chemin en Suisse
Pусский (ru) Беспилотный транспорт Швейцарии развивается медленно, но верно
Italiano (it) Gli autobus autonomi si fanno strada pian piano in Svizzera

On a crisp autumn morning in the Geneva countryside, a bright orange-and-white electric bus is winding through the leafy 36-hectare grounds of the Belle-Idée hospital site.

The bus is trundling along a gravel path when suddenly a patient and a nurse step out from behind a tree. The vehicle brakes sharply, a bell rings out, a “keep your distance” sign flashes at the front and rear. The couple steps back, and the bus continues slowly on its way.

The toy-like shuttle – empty apart from a safety operator and guided by sensors, GPS and radar – is the centrepiece of a unique driverless public transport experiment.

“It’s a world first for a public transport service,” says Dimitri Konstantas, director of the Information Science Institute at the University of Geneva, who is coordinating the project. “Most sites and lines have a fixed route… but here the difference is that there is no route. You can go anywhere.”

Testing, testing

This summer, a small team began testing the ten-seater vehicles, mapping out the huge Belle-Idée park and its obstacles. In parallel, a Geneva-based start-up, MobileThinking, has been putting the finishing touches to an app that will be tried out by the first passengers before the end of the year.

Then when the project is up and running in the next couple of years, patients, visitors and staff will be able to get around the sprawling complex by using their smartphone to order one of three buses offering an on-demand door-to-door service. External Content

Sign up! Stay connected to Swiss science news and trends

Users will be able to locate a bus via the app, then send a pick-up request. Software from the Lausanne firm Bestmile will indicate when a bus is available and what the journey time will be. A fleet management system will then adapt the vehicle’s route according to other passenger requests.

The idea is to have a completely automated system with a safety operator back at a central depot monitoring the vehicles, says Jeroen Beukers, an autonomous vehicle expert who is running the project for the Geneva public transport authorities (TPG).

“Next week we are installing electric doors on the bus depot. In the future, you’ll make a booking on your phone, the depot doors will open automatically, a charged bus will pick you up from A and take you to B and then either return to the depot or continue onwards to pick up someone else,” he says.

Driverless bus in Geneva
One of the ten-seater driverless buses drives through the 36-hectare hospital site, east of Geneva city centre. swissinfo.ch

European project

The project is not Geneva’s first driverless bus trial: TPG has been successfully running an automated shuttle on a fixed circular route in Meyrin since 2018.

The Belle-Idée project was selected as part of a four-year European driverless vehicle initiative known as AVENUE (Autonomous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience). The European consortium, funded by the European Union’s Horizon 2020 programme, includes pilot schemes in Lyon (France), Luxembourg and Copenhagen (Denmark).

Driverless vehicles in Switzerland

Over the past five years a growing number of other Swiss cities and transport companies have experimented with driverless vehicles on fixed routes (see infobox). This includes Sion, the capital of canton Valais, which in 2016 became the first Swiss city to launch an autonomous bus service in collaboration with Swiss Post.

Apart from the odd minor accident, the results of these trials have been generally positive, with thousands of passengers now regularly taking driverless shuttles.

Swiss ‘pioneer’

The trials have allowed Switzerland “to position itself as a pioneer” in this field, according to Marina Kaempf, spokesperson for the Federal Roads Office.

In most cases the tests were well accepted by the public, with municipalities and cantons developing “realistic” projects to show what the vehicles can do, she tells swissinfo.ch.

But current technologies still don’t allow vehicles that are 100% driverless – i.e. without a safety operator – to be used commercially, the Roads Office says. The exchange of data between driverless vehicles and the outside environment also needs to be improved.

“Longer term, you can imagine driverless buses running more permanently on certain lines when their technologies have been perfected,” says Kaempf. But in the short-term, while autonomous pilot schemes will continue in their current form, the Roads Office is not planning to increase them or turn them into commercial ventures.

Meanwhile, in parallel to these trials, the government is gearing up for the wider use of driverless vehicles on Swiss roads in the coming years. In August, it launched a consultation process to revise the Federal Law on Road Traffic. Part of the proposal aims to improve the legal basis for automated driving and future testing, and to ensure Switzerland can adapt to any international developments in this field.

Huge challenges ahead

Despite Switzerland pushing ahead, not all mobility experts are convinced by driverless buses.

“Maybe they’ll have made big progress in 20 years, but at the moment autonomous buses are a bit of a gadget,” says Vincent Kaufmann, a professor at the Federal Institute of Technology Lausanne (EPFL) and scientific director of the Mobile Lives Forum in Paris.

“What’s interesting is not so much driverless buses, but shared autonomous vehicles, like taxis. We’ll continue to need trams, trains and buses, where you carry 100-200 passengers. But if the shared autonomous vehicle can replace the individual car in the city that’ll be a real gain.”

Driverless challenges – both regulatory and technical – remain huge, raising many questions. Will the introduction of autonomous buses, taxis and privately-owned driverless vehicles just clog up the roads if they are not correctly regulated? How safe will such vehicles be? Will autonomous buses be used downtown or just in suburban areas? How will private data used by autonomous vehicles and passengers be protected? What legal responsibility will public transport firms and drivers have for their autonomous vehicles?

At the technical level, Konstantas feels driverless vehicles still have a long way to go before they can correctly identify objects and anticipate people’s behaviour in the streets.

“Tesla is working on it, but I doubt they’ll be able to do that within 15-20 years,” he says.

He also sees data protection as a big issue. “We’re not allowed to use the data of people walking around in order to learn from it,” he says. “Our system is programmed. It’s not dynamic learning or AI – we don’t have that yet.”

“What we’re doing here is experimental. Is it possible to build the future? We don’t know. Is this going to be useful or not? We don’t know. But we’re going to try.”

On a crisp autumn morning in the Geneva countryside, a bright orange-and-white electric bus is winding through the leafy 36-hectare grounds of the Belle-Idée hospital site.

The bus is trundling along a gravel path when suddenly a patient and a nurse step out from behind a tree. The vehicle brakes sharply, a bell rings out, a “keep your distance” sign flashes at the front and rear. The couple steps back, and the bus continues slowly on its way.

The toy-like shuttle – empty apart from a safety operator and guided by sensors, GPS and radar – is the centrepiece of a unique driverless public transport experiment.

“It’s a world first for a public transport service,” says Dimitri Konstantas, director of the Information Science Institute at the University of Geneva, who is coordinating the project. “Most sites and lines have a fixed route… but here the difference is that there is no route. You can go anywhere.”

Les navettes autonomes sur la bonne voie

Source: La Gazette.fr

Mobilité

Des tests de navettes autonomes sans opérateur embarqué vont avoir lieu à Lyon (Rhône). Une première.

Ces navettes seront par ailleurs accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pionnière en 2016 en lançant une navette autonome dans le quartier de La Confluence sur une voie piétonne, Lyon s’accroche à cette longueur d’avance. «Ces navettes répondent clairement au besoin de la desserte du dernier kilomètre. Elles s’inscrivent aussi dans les efforts que nous menons sur l’enjeu environnemental et de santé publique, qui se traduisent déjà par un réseau aux trois quarts électrique», décrit Fouziya Bouzerda, présidente du syndicat mixte des transports du Rhône et de l’agglomération lyonnaise, le Sytral, et vice-présidente de la métropole de Lyon.

Le graal

Décidé à installer les navettes autonomes dans le réseau des transports en commun de Lyon, le Sytral va franchir un nouveau cap. Après deux années d’expérimentation sans incident à La Confluence, le ministère de la Transition écologique et solidaire a autorisé, au printemps, la circulation de la navette sans opérateur embarqué. «Le site a montré sa fiabilité. Nous allons donc tes- ter cette navette avec des opérateurs déportés», indique Pascal Jacquesson, directeur général de Keolis Lyon, délégataire du Sytral. Le graal, ce fameux niveau 5 tout automatique, serait donc à portée de roue? Le Sytral reste prudent, mais, en attendant de pouvoir vérifier si la navette tient la route sans opérateur à bord, il s’organise pour être prêt à implémenter ce mode de transport sur son réseau. L’idée étant d’utiliser les navettes autonomes afin de desservir des sites sur lesquels transitent peu d’usagers, en centre-ville comme en périphérie.La stratégie implique la multiplication et la complexification des essais sur des sites présentant des configurations différentes. Depuis février, le transporteur Berthelet expérimente ce service sur la desserte d’une zone d’activité dans l’est de Lyon. A partir du 15 novembre, deux navettes, exploitées par le Sytral, devaient se relayer entre un arrêt de tramway et le Groupama Stadium. «Un trajet complexe de 1,3 kilomètre, précise Pascal Jacquesson. Les navettes circulent à 18 kilomètres / heure dans le flot de circulation en franchissant notamment un carrefour difficile et des feux tricolores.»

Coûts en baisse

Ces navettes seront par ailleurs accessibles aux personnes à mobilité réduite, les obligeant à une précision au centimètre dans leurs arrêts. Enfin, très vite, elles adopteront une desserte à la demande. Ce test s’inscrit dans le cadre d’un projet européen visant à préparer l’arrivée de la navette autonome en ville et qui associe aussi Copenhague, Genève et Luxembourg. A La Confluence, le challenge est encore plus délicat, notamment parce qu’avant de se lancer, il faut parfaire certaines fonctionnalités comme le départ automatique de la navette. Il est pourtant bien plus décisif. En effet, sans opérateur, le modèle économique devient favorable pour l’exploitation de ces véhicules, a fortiori dans des zones où la fréquentation est faible. «Aujourd’hui, deux tiers des coûts d’exploitation sont liés à la présence d’un chauffeur», pointe Pascal Jacques- son. L’investissement devrait lui aussi diminuer si ces véhicules se généralisent. La boucle vertueuse sera alors enclenchée.

Chiffres clés

Budget : 487 000 € pour l’achat des navettes qui circuleront au stade, financés dans le cadre du projet européen AVENUE (Autonomous Vehicles to Evolve to a New Urban Experience).

L’adaptation des infrastructures

A Lyon, les expérimentations des navettes autonomes sont conduites en relation étroite avec les équipes de la métropole. «Notre objectif est de nous approprier ces technologies nouvelles. En étant proactifs, nous pouvons aussi orienter le travail de recherche des constructeurs», explique Pierre Soulard, responsable du service de la mobilité urbaine à la métropole. Pour l’heure, pas question de généraliser l’implémentation de ces technologies dans les infrastructures, mais il faut être prêt pour équiper les artères de la métropole en vue de l’arrivée des navettes autonomes.

Transports et numérique : vers une mobilité

Associant les technologies de l’information et de la communication à l’ingénierie des transports, les systèmes de transport intelligents (ITS) se développent de plus en plus en France. Et pour cause, permettant d’améliorer la sécurité, le confort, la fiabilité des déplacements, ces derniers ont un rôle à jouer de premier plan dans la mobilité du futur.

Navya lance deux navettes autonomes pour la desserte du Parc OL

Source: LE BRIEF, Journal des Entreprises | Edition Rhônes-Alpes | 2019

L’entreprise villeurbannaise spécialisée dans les systèmes de conduite autonome Navya (CA 2018 : 19 M€ / 290 salariés) a lancé vendredi 15 novembre deux navettes autonomes intégrées au réseau de transports en commun lyonnais pour relier la station de tramway T3 Décines Grand Large au Parc OL. Baptisée N1, la ligne fonctionnera sur route ouverte en semaine de 8h30 à 19h30 et offre une nouvelle solution d’accès au Parc OL pour les salariés des entreprises installées sur le site. Ce service inscrit dans le cadre du dispositif européen «Avenue», qui vise le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes.

NAVYA annonce le lancement d’un nouveau service de navettes autonomes entièrement intégré au réseau de transports en commun lyonnais

Article de Navya

Expérimentation sur route ouverte pour la desserte du Parc Olympique Lyonnais

Villeurbanne, France, le 18 novembre 2019 – 08h00 CET – Avec la mise en service vendredi dernier de deux navettes autonomes, NAVYA (FR0013018041- NAVYA), un leader des systèmes de conduite autonome, accompagne le développement technologique du réseau de transports en commun de la métropole lyonnaise.  

[…]

Ce service développé en collaboration avec le SYTRAL[1] et l’opérateur de transport Keolis, s’inscrit dans le cadre du dispositif européen AVENUE, «Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience», sélectionnée par le projet européen HORIZON 2020, pour le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes. Les villes de Genève, Luxembourg et Copenhague ont aussi été retenues comme sites pilotes.

Lire l’article: https://navya.tech/press/navya-annonce-le-lancement-dun-nouveau-service-de-navettes-autonomes-entierement-integre-au-reseau-de-transports-en-commun-lyonnais/  

Navya : expérimentation sur route ouverte pour la desserte du Parc OL

Source: Boursier.com

Avec la mise en service vendredi dernier de deux navettes autonomes, NAVYA, accompagne le développement technologique du réseau de transports en commun de la métropole lyonnaise.

Au cours des deux prochaines années, les navettes autonomes de NAVYA seront pleinement intégrées au réseau de transports en commun lyonnais et offriront un service régulier du lundi au samedi de 8h30 à 19h30 (sauf les jours de matchs et d’événements) entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique Lyonnais.

La nouvelle ligne N1 emprunte une partie de l’itinéraire de la ligne 85. Le parcours des navettes, d’une distance de 1,4 Km, s’effectue dans un environnement routier urbain dense où plusieurs milliers de véhicules circulent quotidiennement… Ce nouveau service permet à NAVYA de relever plusieurs défis techniques majeurs avec le franchissement de 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages piétons à une vitesse moyenne de 13-15 Km/h et avec l’objectif de circuler à terme à une allure moyenne de 20-25 Km/ h. Ce service développé en collaboration avec le SYTRAL et l’opérateur de transport Keolis, s’inscrit dans le cadre du dispositif européen AVENUE, “Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience”, sélectionnée par le projet européen HORIZON 2020, pour le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes.

Les villes de Genève, Luxembourg et Copenhague ont aussi été retenues comme sites pilotes. A cette occasion, Etienne Hermite, Président du Directoire de NAVYA a déclaré : “Je tiens à remercier les partenaires de cette expérimentation qui illustre le leadership technologique et le savoir-faire de NAVYA en matière de mobilité autonome comme reconnue récemment à l’occasion du Dubai World Challenge for Self- Driving Transport. Cette collaboration atteste également de la pertinence des navettes autonomes au sein d’un réseau de transport pour répondre aux enjeux actuels de mobilité urbaine”.

Des navettes autonomes pour les transports en commun lyonnais

Source: DéplacementPRO.com

Navya, le leader français des systèmes de conduite autonome, vient de mettre en service, à Lyon, deux navettes totalement autonomes. Intégrées au réseau des transports en commun, elles évoluent au milieu de la circulation et devraient contribuer à la fluidité des déplacements.

Au cours des deux prochaines années, les navettes autonomes de NAVYA se- ront pleinement intégrées au réseau de transports en commun lyonnais et offriront un service régulier du lundi au samedi de 8h30 à 19h30 (sauf les jours de matchs et d’événements) entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique Lyonnais. La nouvelle ligne N1 emprunte une partie de l’itinéraire de la ligne 85.

Le parcours des navettes, d’une distance de 1,4 Km, s’effectue dans un environnement routier urbain dense où plusieurs milliers de véhicules circulent quotidiennement. Ce nouveau service permet à NAVYA de relever plusieurs défis techniques majeurs avec le franchissement de 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages piétons à une vitesse moyenne de 13-15 Km/h et avec l’objectif de circuler à terme à une allure moyenne de 20-25 Km/ h.

Ce service développé en collaboration avec le SYTRAL (Syndicat Mixte des Transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) et l’opérateur de transport Keolis, s’inscrit dans le cadre du dispositif européen AVENUE, «Autonomous Vehicles to Evolve to New Urban Experience», sélectionnée par le projet européen HORIZON 2020, pour le développement des véhicules autonomes dans les villes européennes. Les villes de Genève, Luxembourg et Copenhague ont aussi été retenues comme sites pilotes.

Deux navettes autonomes Navya desservent le Parc Olympique lyonnais

Source: L’Usine Nouvelle, 18 novembre 2019

Deux navettes autonomes Navya desservent le Parc Olympique lyonnais. En circulation du lundi au samedi, ces navettes viennent compléter l’offre de transport en commun. Durant cette expérimentation, qui doit durer deux ans, Navya va devoir parvenir à augmenter la vitesse de circulation des navettes pour qu’elles atteignent une allure moyenne de 20-25 km/h.

Navya a annoncé lundi 18 novembre 2019 le lancement d’un nouveau service de navettes autonomes à Lyon (Auvergne-Rhône-Alpes). Ce service, mis en place depuis vendredi dernier pour une durée de deux ans, est intégré au ré- seau de transports en commun et dessert le Parc Olympique lyonnais. L’expé- rimentation, gratuite pour les usagers, est menée en partenariat avec le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) et Keolis. Une vitesse de circulation qui doit augmenter Deux navettes auto- nomes circulent entre la station de Tram Décines Grand Large (ligne T3) et le Parc Olympique lyonnais du lundi au samedi de 8h30 à 19h30. Durant ce par- cours de 1,4 kilomètre, les navettes autonomes vont circuler parmi les autres usagers de la route : cyclistes, piétons ou encore automobilistes. Elles vont franchir 4 carrefours à feux tricolores dont un rond-point et 8 passages pié- tons. Au début de l’expérimentation, elles circuleront à une vitesse moyenne de 13 à 15 km/h avec l’objectif d’atteindre à terme une allure moyenne de 20-25 km/h. Une vitesse qu’il devient impératif d’atteindre puisque la vitesse des navettes autonomes est souvent décriée. L’établissement public Paris-La Défense a ainsi mis en avant la lenteur de celles-ci pour justifier l’arrêt de l’expérimentation. Un autre écueil à éviter, et mis en avant par l’opérateur de transport Berthelet, est le freinage brusque de la navette lorsqu’elle est dé- passée. L’opérateur Berthelet aimerait rapidement des améliorations sur le freinage brusque de la navette du lyonnais #Navya lorsqu’elle est dépassée… (il faut mieux bien se tenir dans ces moment-là) — Corot Léna (@LenaCorot) July 3, 2019 Cette nouvelle ligne N1 sera interrompue les jours de matchs et d’événements. Une interruption logique puisque de nombreuses personnes fréquentent alors le Parc Olympique et que les conditions de circulation de- viennent très compliquées pour une navette autonome qui s’arrête lorsque des personnes sont trop proches d’elle.

L’arrêt de Navya ne touche pas Sales-Lentz

Article dans Paperjam
Écrit par Thierry Labro
Publié Le 20.08.2019

Après un premier semestre décevant financièrement, la société lyonnaise Navya, qui fournit les navettes autonomes en circulation au Luxembourg, a décidé d’en arrêter la production pour se concentrer sur sa technologie. Une nouvelle pourtant bien accueillie par Sales-Lentz et Avenue.

À la course la plus lente du monde, moins de 20km/h en moyenne, Contern bat Luxembourg-ville d’une courte tête. De quelques heures. C’était le 21 septembre dernier.

Lire l’article

La navette fonctionne comme un ascenseur

KÄERJENG – Pour l’heure, les navettes autonomes circulent avec un opérateur à l’intérieur à Contern et au Pfaffenthal. L’étape suivante a été présentée mercredi, au siège de Sales-Lentz.

Présentées mercredi à Sales-Lentz, à Käerjeng, la navette électrique du constructeur français Navya ressemble aux véhicules autonomes que la compagnie luxembourgeoise utilise à Contern et dans le Pfaffenthal.

Lire l’article

Teknikken driller i Nordhavn: Blind vinkel tvinger Autonomous Mobility til at have en operatør til at overvåge kørslen

Source : pro.ing.dk

En operatør med joystick skal stå klar til at overtage styringen i tilfælde af, at den selvkørende bus fra Navya svigter, eller hvis farlige situationer opstår, når den efter planen skal køre i Nordhavn.

Read more